Cake chocolat noisette (sans gluten)

Je m’essaie aux gâteaux sans gluten, bien que mes mélanges de farines restent assez basiques — pour le moment j’ai une base qui fonctionne : farine de riz complet + fécule de maïs, je l’apprivoise avant de m’aventurer dans d’autres expériences — mais c’est un début.

Cake chocolat noisette (sans gluten) | Jujube en cuisine
Cake chocolat noisette (sans gluten)

Avec ou sans gluten ?

Je n’ai pas l’intention d’entamer une alimentation sans gluten, mais (je crois vous en avoir déjà parlé), nous soupçonnons le gluten (et le lactose et le sucre) responsables de petits soucis de santé chez Le Chéri.

Ces derniers mois j’ai beaucoup travaillé lors de diverses collaborations sur la réalisation de recettes essentiellement composées d’ingrédients « interdits » pour lui. Pour la première fois depuis longtemps j’ai fait un gâteau « pour nous » (et donc un petit peu pour vous également ;-)), c’était l’occasion de le rendre compatible avec le nouveau régime du Chéri, qui l’a englouti quasi à lui tout seul !

J’utilise un mélange de farines sans gluten que je sais être efficace pour l’avoir testé plusieurs fois, avec un résultat quasi identique à l’utilisation de farine de blé : farine de riz complet + fécule de maïs (ou de pomme de terre).

Le gâteau est peut être un tout petit peu plus friable qu’avec de la farine de blé, mais comme vous le verrez sur la photo, on peut découper des parts sans qu’elles se désintègrent, c’est ce qu’on leur demandent, donc tout va bien !

Mon soucis avec le sans gluten au départ c’était la saveur.
Pour la grande majorité d’entre-nous nous sommes habitué à l’utilisation de la farine de blé, qui est devenu notre norme (je parle toujours en terme de saveur). Toute autre farine, qu’elle soit de riz, de seigle, de sarrasin, de châtaigne, etc… A une saveur différente, c’est une évidence. Il est parfois difficile de passer outre.

Dans le cas d’un gâteau un chocolat il n’y a pas de différence flagrante (pour cette recette j’entends), le chocolat prend le dessus.
Pour tout autre gâteau plus ‘neutre’, c’est une question d’habitude, et d’ « éducation » du palais, si je puis dire.

Saviez-vous qu’il faut goûter 3 fois à un aliment pour pouvoir affirmer qu’on ne l’aime pas ? (3 fois à des repas différents évidemment) Le temps d’habituer son palais !
Et même au bout de ces 3 fois, rien n’est jamais définitif ! Retentez quelques années plus tard, vous pourriez avoir des surprises. (un jour je me suis mise à adorer les choux de Bruxelles alors que j’en avais horreur… Mystère !)

Cake chocolat noisette (sans gluten) | Jujube en cuisine
Cake chocolat noisette (sans gluten)

Sucre blanc ou sucre complet ?

Officiellement ce cake n’était pas suffisamment sucré pour moi. Mais encore une fois, ce n’est qu’une histoire d’habitude, c’est comme lorsque j’ai arrêté de sucrer mon café et mon thé, au départ j’ai cru ne jamais pouvoir m’y habituer, aujourd’hui vous ne me ferez pas avaler une gorgée de café ou thé sucré ! (baaaah)

On entend de plus en plus de personnes parler des méfaits du sucre. En réalité ce n’est pas nouveau, il y a 9 ans, lorsqu’il m’a fallu pour la première fois acheter du lait maternisé pour ma fille, la chasse au sucre était déjà d’actualité (et c’était l’enfer pour trouver du lait qui n’avait ni sucre ajouté, ni arôme artificiel de vanille, est-ce que les choses ont changées ?).

J’aimerais vous dire que je n’utilise que du sucre de canne complet (ou de fleur de coco, de bouleau, ou sirop de riz, etc…), mais la réalité est tout autre. Je cuisine énormément, et pas seulement pour mon blog comme je vous le disais, et jusqu’à présent, sauf rares exceptions, le sucre blanc était de mise.

La tendance, grâce aux « tendances » justement, change un peu ces derniers mois, je pense que c’est une bonne chose.
Le sucre de canne complet est, comme son nom l’indique, non raffiné, c’est à dire qu’il contient les minéraux, les vitamines et les acides aminés de la canne à sucre, là où le sucre blanc, totalement raffiné, en est dépourvu.
Son pouvoir sucrant est bien plus important que le sucre blanc, vous n’avez donc pas besoin d’en mettre beaucoup pour le ressentir. Il a de surcroit un petit goût de caramel, que j’aime beaucoup, mais auquel il a fallu que je m’habitue.
Et c’est en ça que je comprends la difficulté du passage entre sucre blanc et sucre complet : on perd ses repères en saveurs et en dosage, il faut oublier ses habitudes pour en prendre de nouvelles.
Mais je pense que ça vaut le coup.


Je ne suis pas là pour vous convaincre, vous faites ce que vous voulez. Je me dis en revanche que si une petite recette de gâteau publiée l’air de rien, peu sucré et avec du « bon sucre » peut vous donner envie de tester, voire changer vos habitudes… C’est plutôt positif, non ?




En 2015, le grand Philippe Conticini a publié, en collaboration avec Anne-Sophie Lévy-Chambon, un livre de recettes de pâtisserie sans sucre.
Alors « sans sucre », non. Qui dit pâtisserie, dit « sucré », évidemment (Je précise car certains commentaires sur Amazon sont un petit peu hallucinants, je sais pas à quoi s’attendaient ces personnes, mais s’il n’y pas de sucre du tout, on n’est plus sur une pâtisserie… Bref)
pâtisserie-sans-sucre-philippe-conticiniLe sucre a été remplacé par une réduction de jus de pomme (100% jus et bio), devenant ainsi sirupeux et s’utilisant tel du sirop d’agave par exemple, astucieux !
Je ne suis pas une experte en nutrition, je ne saurais donc dire si c’est vraiment beaucoup plus sain que du sucre complet par exemple, mais en terme de saveurs, on en découvre de nouvelles (le « sirop » de pomme est un petit peu acide, et évidemment plus fruité), c’est très sympa.
J’ai de plus redécouvert le fameux goût du sirop de pommes que j’avais acheté en Irlande, je suis toute nostalgique…

(Je n’ai pas utilisé de réduction de jus de pomme pour cette recette, mais ce n’est pas totalement hors-sujet que de vous parler de ce livre que je me suis récemment offert, c’était l’occasion ! ;-))




Voilà, j’ai pas grand chose à dire de particulier sur ce gâteau (haha), c’est un de mes premiers tests du genre, peut-être qu’à force de tester je passerais au « level » supérieur : sans sucre, sans gluten et vegan ! Le big boss de la cuisine « healthy » (jamais je ne pourrais devenir une « healthy girl », je rassure mes plus anciens lecteurs sur ce sujet, haha ! Oui au gras et au sucre ! (avec qui ? … « Modération » ? C’est qui celui-là ?))

Ha si ! Il me faut bien entendu parler du rôle de mon KitchenAid Cook Processor pour cette recette : griller les noisettes et les mixer sans changer de récipient, avouez que c’est un luxe que l’on est peu à pouvoir se permettre… (j’me la pète trop vous croyez ?)

Cake très chocolat (et noisette)

2018-04-16
: 8
: 25 min
: 35 min

Par :

Ingrédients :

  • 200 g de noisettes entières (ou en poudre)
  • 200 g de chocolat noir pâtissier
  • 80 g d’huile de coco
  • 50 g de sucre complet
  • 40 g de farine de riz complet
  • 40 g de fécule de maïs (ou de pomme de terre)
  • 2 oeufs
  • 100 ml de lait végétal (ici noisette)
  • 1/2 c. à café de bicarbonate alimentaire
  • 1 c. à soupe de vinaigre de cidre (ou jus de citron)

Torréfiez / grillez les noisettes

Que vous utilisiez des noisettes entières, ou de la poudre de noisettes, vous trouverez la technique en fin de recette (c’est très simple, mais un peu « long » à expliquer, j’ai donc préféré le sortir du déroulement de la recette)

Faites fondre le chocolat

Faites fondre le chocolat au bain-marie : cassez le chocolat en carreaux, placez-le dans une petite casserole, puis placez le fond de cette petite casserole dans une grande casserole remplie d’eau bouillante. Remuez jusqu’à obtenir un chocolat fondu bien lisse.

Ajoutez l’huile de coco, mélangez puis gardez au chaud.

Préparez la pâte à gâteau

Dans un saladier ou un cul de poule mélangez la poudre de noisette, le sucre, la farine de riz et la fécule.

Ajoutez les œufs, le chocolat fondu et le lait. Mélangez.
Ajoutez un peu de lait si votre pâte à gâteau est trop épaisse et difficile à mélanger (cela peu arriver, selon la farine de riz, complet ou non, que vous utilisez, ou encore le type de fécule)

Enfin ajoutez le bicarbonate alimentaire et le vinaigre de cidre.

Faites cuire le gâteau

Faites chauffer votre four à 180°C.

Versez la pâte à gâteau dans un moule à cake ou à manquer préalablement huilé, puis enfournez pour 30 à 40 minutes. Vérifiez la cuisson en plantant la lame d’un couteau à cœur, elle doit ressortir propre.

Patientez quelques minutes avant de démouler le cake, et laissez-le refroidir sur une grille idéalement.

Torréfiez / grillez les noisettes

Pour cette recette vous devrez torréfiez vos noisettes, cela permet de décupler leurs saveurs (et de parfumer toute votre maison), c’est un délice.
Vous pouvez utiliser des noisettes entières ou directement de la poudre de noisettes toute prête.
Et si vous n’avez pas de Cook Processors je vous indique également comme faire sans, n’est-ce pas merveilleux ?!

Vous utilisez des noisettes entières

Au kitchenAid Cook Processor

Torréfier les noisettes dans le bol du KitchenAid CookProcesssor, avec la lame Multiblade à 140°C 10 à 15 minutes à vitesse 1.

Versez les noisettes dans un torchon, laissez-les un peu refroidir (attention, la noisette grillée ça brûle les doigts !) puis fermez le torchon autour des noisettes (comme une bourse) et frottez-les les unes contre les autres dans le torchon pour les débarrassez de leur peau.

Récupérez les noisettes que vous placez dans le bol du Cook Processor, et eEnfin activez la fonction pulse plusieurs fois jusqu’à obtenir une poudre plus ou moins fine (si vous gardez des morceaux ça craquera sous la dent, c’est pas mal).

Sans kitchenAid Cook Processor

Déposez vos noisettes sur une plaque de cuisson (ou un grand plat allant au four), et enfournez-les dans un four préalablement chauffé à 180°C pendant 10 à 15 minutes. Remuez régulièrement, pour qu’elles grillent uniformément. Sortez-les lorsque la peau se craquèle.

Déposez-les dans un ligne propre et laissez-les un peu refroidir (attention, la noisette grillée ça brûle les doigts !) puis fermez le torchon autour des noisettes (comme une bourse) et frottez-les les unes contre les autres dans le torchon pour les débarrassez de leur peau.

Récupérer les noisettes du torchon en laissant les « miettes » de peau dans le torchon (puis dans la poubelle) et mixez le tout en poudre (plus ou moins fine, vous pouvez laissez des gros morceaux de noisettes si vous souhaitez).

Vous utilisez de la poudre de noisettes

Versez la poudre de noisette sur une plaque de cuisson (ou un grand plat allant au four) et enfournez dans un four préalablement chauffé à 180°C pendant 5 / 8 minutes. Remuez régulièrement, et surveillez la couleur : la poudre de noisettes doit dorer mais pas bruler (évidemment).

Rendre vos gâteaux encore plus moelleux

Je mets du vinaigre de cidre dans tous mes gâteaux ou presque, il apporte un moelleux incomparable (incomparable je vous dis).
Associé au bicarbonate alimentaire, il se passe une réaction chimique (ça pshiiiiit et ça mousse ! (Oui j’explique comme un enfant de 4 ans…)) qui rend les gâteaux aériens, moelleux, légers… Mettez de côté vos a priori (du vinaigre dans un gâteau ? Baaaah !) et mettez du vinaigre de cidre (et du bicarbonate !) dans vos gâteaux ! :)
Et si vraiment vous ne me faites pas confiance sur le vinaigre, remplacez-le par du jus de citron, ça fonctionne aussi…




Les articles contenant des liens vers le site Amazon font partie d’un programme d’affiliation. Lorsque vous effectuez un achat sur Amazon à partir d'un lien sur mon blog, je reçois une petite commission sans frais supplémentaires pour vous. Il n'y a évidemment aucune obligation (encore heureux), mais si vous le faites, considérez cela comme un soutien à mon travail sur Jujube en cuisine.
Merci ;-)

D'autres recettes que vous pourriez aimer :




Je me réserve le droit de ne pas valider les commentaires qui ne respectent pas les règles élémentaires de politesse et de respect. La langue française est suffisamment riche pour que vous puissiez exprimer votre désaccord sans tomber dans les insultes. Merci.

4 thoughts on “Cake chocolat noisette (sans gluten)”

  • En effet, il est toujours un peu difficile car déroutant de prendre de nouvelles habitudes alimentaires. Mais je confirme que les goûts changent et évoluent : alors qu’il y a quelques années je détestais la noix de coco, j’en suis aujourd’hui une grande fan ! Pour ce qui est du sucre, je me suis petit à petit déshabitué de cette saveur, si bien que je sucre très très peu, et toujours avec des produits « alternatifs » (purées de fruits, fruits secs, sucre complet, mélasse,…) et je trouve aujourd’hui les produits à base de sucre raffiné horriblement trop sucrés et « synthétiques ». Je ne connais pas la problématique des laits maternels, mais je suis souvent effarée de voir que des produits « de base » sont impossibles à trouver sans sucre ajouté (par exemple la crème de soja), ce qui m’horripile.
    Belle semaine à toi.

  • « Saviez-vous qu’il faut goûter 3 fois à un aliment pour pouvoir affirmer qu’on ne l’aime pas ? »

    Je confirme ! Il m’a fallu au moins 3 réveillons de noël pour que je commence à apprécier le huitres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *