Salle de bain Zéro Déchet (ou presque) #1 : savons et shampoings solides

Avant de lire cet article, je vous invite au préalable à lire l’introduction de la catégorie « zéro déchet », qui installe le sujet (comme toute introduction, en fait), explique mes motivations, mes intentions, tout ça, tout ça…

Et si vraiment vous avez la flemme (j’écris sur ce blog depuis 8 ans, je sais que ça vous arrive, ne faites pas semblant ! ;-)), il vous faut au moins savoir (en fait j’espère que vous le savez déjà) qu’il devient urgent de diminuer drastiquement — voire supprimer dans le meilleur des cas — notre utilisation de plastique.

Je sais que ce n’est pas facile, les industriels ne nous facilitent pas la vie, mais s’ils ne font pas d’efforts en ce sens c’est aussi parce que nous continuons d’acheter des produits jetables / non réutilisables / non durables faits de plastiques et exagérément sur-emballés.
Les publicitaires veulent nous faire croire que nous avons besoin de cette opulence d’objets. Vous savez que c’est faux.

NOUS, consommateurs, avons le pouvoir de changer les choses, ne l’oubliez jamais !


Salle de bain Zéro Déchet (ou presque) #1 : savons et shampoings solides

Une salle de bain « zéro déchet » est-elle possible ?

Avez-vous déjà réalisé la quantité de déchet que génère une si petite pièce ?

Les flacons de gel douche, de shampoings, d’après-shampoing (et autres soins capillaires de toutes sortes), le déodorant, le dentifrice (le bain de bouche éventuellement), les laits corporels, les crèmes pour le visage, les cotons démaquillants, les cotons-tige,… C’est juste DINGUE !

Alors que tous ces déchets peuvent être — au moins de moitié — diminués très simplement, sans avoir de surcroit à faire une croix sur le plaisir de prendre soin de soi !

Essayons pour commencer par du « zéro plastique »

Si vous êtes chauds pour tenter le zéro déchet de suite, je ne vais pas vous freiner, je vous en félicite même !

Mais pour celles et ceux qui craignent de ne pas y parvenir, je vous propose de commencer par du « zéro plastique »… Et c’est déjà un sacré morceau !

Dans cet article je vous propose de retrouver l’utilisation simple du savon solide, tellement plus sain et moins polluant que le gel douche, et je vais également vous présenter les shampoings solides : qui n’agressent pas vos cheveux ni la planète !

En toute fin de chaque article de cette série je vous parlerai de ce qu’il me faut améliorer (preuve que je ne suis pas parfaite, et que mes articles n’ont aucune vocation à « donner des leçons » mention pour les trolls qui passeraient par là), ici il s’agit du déodorant, j’utilise encore un déodorant « classique » emballé de plastique… Plus pour longtemps je l’espère, grâce à vos conseils peut-être ?
J’espère que vous serez nombreux à me conseiller à ce sujet, ou à partager vos astuces pour réduire notre impact environnemental.


Savon et shampoing solides

Plus de flacons en plastique, plus de produits chimiques, que du naturel !

Le savon solide VS gel douche

Inutile que j’explique le concept de savon solide, j’imagine que tout le monde a déjà vu un savon de Marseille ? ;-)

Je fais en sorte de les acheter sans emballage, les savonneries, magasins de produits artisanaux ou encore les magasins bio en proposent. Achetez-en quelques uns d’avance (histoire de ne pas « tomber en panne » de savons) et placez ceux que vous n’utilisez pas dans vos placards (entre les draps par exemple), ils parfumeront à merveille votre linge !

Vérifiez la composition pour évitez les savons à l’huile de palme si possible.
Préférez une huile végétale (ou beurre végétal, mais c’est plus cher) plus intéressante pour votre peau et moins désastreuse pour l’environnement, comme l’huile d’amande douce ou l’huile d’olive par exemple ! (présente dans le vrai savon de Marseille)

Objectif zéro plastique | Savons solides VS Gel douche | Jujube en cuisine
Savons solides VS Gel douche

Je ne sais pas pourquoi on s’est mis à utiliser du gel douche.
On est parti d’un savon « brut », dans lequel on a ajouté tout un tas de m*rdes (paraben, tensioactifs, huile de palme, perturbateurs endocriniens et j’en passe) et un contenant plastique polluant (la premier date de 1973 si vous voulez tout savoir), en nous vendant ça, comme un truc super « révolutionnaire » et hautement pratique… « Il vous faut CE gel douche ! Regardez comme sa bouteille en plastique est jolie et pratique ! Elle vous fera gagner du temps / ce gel douche vous fera vous sentir belle / vous détendra après votre séance de sport / vous rendra irrésistible aux yeux des femmes ! » (C’est du gel douche, pas une potion magique !)


186 millions de flacons de gel douche sont vendus en France chaque année
source : planetoscope.com


J’ai longtemps utilisé du gel douche, mais à vrai dire je ne sais pas pourquoi !
J’imagine que c’est parce que ma mère en achetait, une fois que j’ai eu mon appart j’ai continué, par habitudes, mimétisme…
Mais maintenant je sais pourquoi je n’en utilise plus ! ;-)

Et honnêtement, outre l’aspect écolo, on peut aussi largement parler de l’économie réalisée : moins cher à l’achat, le savon solide dure aussi plus longtemps, c’est tout benef’ !

Le savon solide nettoie pareil que le gel douche, sent bon pareil si on le choisit parfumé, est plus économique et écologique.
Que demander de plus ?

Ajout après publication : J’ai oublié de le mentionner dans la première édition de cet article, mais vous ne serez pas étonné de savoir que nous utilisons également un savon solide pour se laver les mains (et non un pousse mousse… « pousse mousse » étant le nom d’une marque de savon liquide pour mains des années 80, je ne sais pas comment on appelle le flacon avec la pompe ? (peut-être juste « flacon à pompe »… ?))


Le shampoing solide

Une tentative no-poo sans succès

A la base je voulais tenter le no-poo (tendance découverte chez Antigone XXI il y a quelques années qui consiste à ne plus utiliser de shampoings, ni rien d’autre, pour se laver les cheveux). Pour éviter la pollution des produits chimiques, perturbateurs endocriniens, etc… Sans compter la réduction de déchet que ça allait engendrer !
Mais l’expérience fut très compliqué pour moi, depuis que j’ai repris le sport notamment.
Je m’entraine 3 fois par semaine, plutôt intensément, je rentre avec les cheveux trempés (pas juste humides, ils sont comme si je venais de les passer sous l’eau), et aucun des conseils trouvés sur le net pour arranger la situation ne s’est avérés concluants…
Je ne pouvais plus supporter ma tête, je n’ai pas eu la patience d’attendre de voir si ça allait s’arranger avec le temps…


174 millions de shampoings vendus en France chaque année
source : planetoscope.com


Objectif zéro plastique | Shampoing solide | Jujube en cuisine
Shampoing solide SO CHAMPS

Shampoing polluant VS no-poo ? J’ai coupé la poire en deux !

Lorsque j’ai commencé à faire les photos de la boutique Beauté Bien-être, j’ai découvert les shampoing solides de la marque So Champs : un shampoing doux, qui n’agresse pas le cuir chevelu, sans ingrédients toxiques ni douteux et sans emballage plastique ! La solution PAR-FAITE !

Le shampoing sent super bon, la mousse est abondante et très douce, et, détail super important, il « glisse » super bien sur les cheveux ! Il « n’accroche » pas au rinçage, comme le font certains shampoings naturels (ceux sans silicone en tout cas), vous voyez ce que je veux dire ?

Ce shampoing est même plus doux que des shampoings bourrés de silicone, un comble ! (même le chéri m’en réclame quand il n’y en a plus, alors que d’habitude le choix du shampoing lui passe un peu au dessus de la tête…)

Nos cheveux sont plus doux, plus légers et plus brillants qu’avec n’importe quel shampoing du commerce que j’ai testé (qu’ils soient « naturels » ou pas d’ailleurs).

Le shampoing solide est plus cher qu’un shampoing liquide en flacon, MAIS il dure plus longtemps, d’autant plus que nous avons réduit la fréquence de nos shampoings ! (enfin surtout eux que moi, à cause du sport… ).
Il fait du bien à nos cheveux, ne fait pas de mal à notre organisme (pas de diffusion de poison via la peau), ne fait pas de mal à l’environnement.

Le cuir chevelu n’étant plus irrité par un shampoing trop agressif, ne produit plus de sébum en abondance, le cercle vicieux des shampoings fréquents est rompu !

Bien entendu je vous parle de So Champs parce que c’est celui que j’utilise, mais bien d’autres marques en proposent (en magasin bio ou sur internet tout simplement), comme le shampoing solide de Lamazuna par exemple, que je n’ai pas testé mais j’en ai entendu beaucoup de bien !

Avez-vous testé le shampoing solide ?

Se laver les cheveux au savon de Marseille ou d’Alep

Le shampoing tel qu’on le connait aujourd’hui (à base de détergeant synthétique) date du début du XXème siècle.

Avant cela, au XIXème siècle, on se servait de savon dissous dans de l’eau, dans laquelle on ajoutait des plantes.

Et encore avant, en « Europe » on utilisait du vinaigre du savon, des cendres de bois ou encore des œufs…
En Afrique de Nord c’était du ghassoul (argile) ou sidr (poudre de jujube (héhé)).

Depuis quelques années on est revenu sur ces solutions plus naturelles, j’ai d’ailleurs trouvé en faisant des recherches des « recettes de shampoings maison », à base de bicarbonate, de fécule de maïs ou encore de farine de pois chiche ou poudre de cacao.
Je n’en ai testé aucune, je ne saurais donc vous donner un retour d’expérience.

En revanche, j’ai testé le savon de Marseille en guise de shampoing !.

Le savon de Marseille uniquement car je n’avais que lui sous la main, et je n’ai pas du tout été conquise par le résultat : mes cheveux sont ressortis vraiment très bizarres…
Je ne sais pas comment vous dire, ils étaient propres — pas « poisseux » comme c’est déjà arrivé avec des shampoings naturels — mais ils étaient vraiment différents de d’habitude. Légers, peut-être trop léger ? Comme électrique mais sans l’être, en fait j’avais l’impression d’être coiffée comme Hermione dans le premier film Harry Potter, voyez ?

Comme je suis satisfaite de mon shampoing solide, je n’ai pas persisté dans mes expériences…


Ce qu’il me faut améliorer

Il y a encore plein de choses que j’utilise dans ma salle de bain et qui malheureusement implique de jeter du plastique à la poubelle.
Les révolutions ne se font pas en 1 jour, j’ai déjà pas mal avancée dans mon cheminement anti-plastique, le reste devrait se faire tout aussi naturellement…

Dans cette première partie, la chose qu’il me faut améliorer est…

Le déodorant

Le déodorant, en plus d’avoir un impact écologique avec son emballage plastique, a de surcroit un impact santé, avec toutes les cochonneries qu’ils contient.
Or, selon mon métabolisme, si j’ai pas les « cochonneries » le déodorant est inefficace (je rappelle que je fais du sport et que je transpire à mort haha) j’ai testé différents déodorants « naturels » et ils n’avaient aucun effet… Et non non non je ne peux définitivement pas me passer de déodorant.

Je sais qu’il existe des « pro odeurs naturelles », et tant mieux si cela vous convient, mais ce n’est pas mon cas.
Les odeurs de transpirations (celle des autres évidemment) me filent la migraine (la vraie migraine, pas juste un mal de tête), il est hors de question que je sois à mon tour responsable d’un tel désagrément sur une autre personne, donc non je n’abandonnerai pas le déodorant.

Je ne cherche pas à ne plus transpirer, je souhaite juste ne pas puer quand je transpire :)

J’ai vu quelques recettes de déodorant maison, à base d’huile de coco, cire de soja et huiles essentielles, ou encore une technique toute simple qui consiste à se saupoudrer du bicarbonate sous les aisselles après la douche.
Dans le premier cas j’ai peur d’avoir des auréoles de gras sur les habits… ?
Dans le second cas c’est juste une rupture de stock de bicarbonate depuis des semaines (et que j’oublie sans cesse de racheter) qui m’empêche de tester… (‘suffit d’un rien parfois ! D’autant plus que j’ai encore du déodorant bille, tant que j’aurais cette solution de replie je ne me sentirais pas obliger de trouver une alternative, c’est tout le piège !)

J’ai vu également qu’il existe des déodorants solides (comme les shampoings) chez certaines marques — So champs, Lamazuna, Fresh up — en avez-vous testé ?

Avez-vous des déodorants « zéro déchet » efficaces à me conseiller ? Une recette maison peut-être ?




Les articles contenant des liens vers le site Amazon font partie d’un programme d’affiliation. Lorsque vous effectuez un achat sur Amazon à partir d'un lien sur mon blog, je reçois une petite commission sans frais supplémentaires pour vous. Il n'y a évidemment aucune obligation (encore heureux), mais si vous le faites, considérez cela comme un soutien à mon travail sur Jujube en cuisine.
Merci ;-)

D'autres recettes que vous pourriez aimer :




Je me réserve le droit de ne pas valider les commentaires qui ne respectent pas les règles élémentaires de politesse et de respect. La langue française est suffisamment riche pour que vous puissiez exprimer votre désaccord sans tomber dans les insultes. Merci.

7 thoughts on “Salle de bain Zéro Déchet (ou presque) #1 : savons et shampoings solides”

  • Ah quel bonheur de voir ce sujet sur ton blog – déjà que j’adore te lire mais en plus sur une sujet pareil c’est génial.
    Alors moi niveau déo, je met juste 1-2 gouttes d’huile essentielle Palmarosa par aisselle. Alors c’est uniquement pour l’odeur cela ne bloque pas la transpiration mais à toi d’essayer si vraiment les auréoles te gènent. Moi je m’y suis faites et je trouve ça super simple comme geste (au lieu de fabriquer tout un mélange- mais bon toi tu adores cuisiner 😉).

    • Merci Flo, je suis ravie que cette nouvelle série d’article te plaise !
      Cela fait de longs mois que je travaille dessus, j’ai mis longtemps à me décider sur comment les publier (au départ j’avais prévu un seul article mais j’avais tellement de choses à dire… Finalement il y aura plusieurs articles à thème :)) l’avantage de ce temps de réflexion c’est que j’ai plein d’articles quasi prêt à être publié ! (et c’est rare sur mon blog :-P)

      Merci beaucoup pour ton astuce déo !
      J’ai en effet plus une préoccupation d’odeur que d’auréoles (je transpire même des genoux quand je cours alors un peu plus ou un peu moins lol) et je n’avais pas du tout pensé aux huiles essentielles !

  • Pas d’astuce déo de mon côté, mais j’ai très récemment cousu des « cotons lavables » en tissus (bio évidemment) pour remplacer les cotons du commerce. C’est tout doux et parfaitement efficace. Il suffit de les placer dans un filet de lavage une fois par semaine, dans la machine et le tour est joué! Côté savon vs gel douche, j’utilise un gel dermatologique car j’ai une peau très réactive (impossible d’utiliser des produits contenant des huiles essentielles par exemple), du coup j’ai beaucoup de mal à passer aux savons qui ont souvent un effet desséchant. Si quelqu’un a une expérience intéressante à partager… Côté shampoing, j’ai lu de nombreux commentaires négatifs concernant l’utilisation des shampoings solides, mais puisque tu sembles très satisfaite du tien, je vais peut-être me laisser tenter. En cuisine, je me suis procurée de la cire d’abeille solide et j’ai l’intention de recycler des chutes de tissus ou des torchons pour fabriquer des tissus d’emballages modelables qui remplaceront le film plastique que j’utilise encore. Bien entendu, je suis très loin du zéro plastique, mais c’est un début.

    • Bonjour Vanessa,

      Les « cotons lavables » font en effet partie de mes récentes nouvelles résolutions, ils seront abordés dans la partie 3 (la partie 2 concerne les brosses à dents écolos)
      J’avoue ne pas être à 100% satisfaite de ce changement, mais je pense que c’est surtout dû au fait que c’est nouveau et pas parfaitement identique aux cotons du commerce. Ce n’est cependant pas décevant au point de faire marche arrière :)

      Concernant le gel douche, bien entendu mon article ne concerne pas les personnes qui ont de vraies raisons d’utiliser des produits spécifiques, comme des raisons médicales. Et malheureusement, n’étant pas dans ton cas, je ne saurais t’apporter de solution, mais peut-être que d’autres lecteurs en auront !

      Je n’ai pas d’intérêts personnels à vous faire acheter le shampoings solide que j’utilise, mon avis est donc tout ce qu’il y a de plus sincère, je suis vraiment ravie de la marque So Champs !
      J’ai oublié d’en racheter il y a quelques semaines, et comme nous avions encore de « vieux » flacons de shampoings pas terminés, je ne me suis pas pressé…
      Et j’ai remarqué un vrai changement sur mes cheveux.
      Autant le passage shampoings liquides à shampoing solide ne m’avait pas plus marqué que ça. Autant l’inverse… ! Mes cheveux sont redevenus « lourds », une sensation que je n’avais plus depuis longtemps. Et surtout je suis repassé à 2 shampoings par semaine, alors qu’avec le shampoing solide un seul suffisait.
      Et le plus fort, comme je le dis dans l’article, c’est quand le Cheri m’a dit « Pourquoi on a plus de shampoings solide ? Mes cheveux sont moins doux » J’ai trouvé ça très étonnant de sa part, car c’est pas le genre de gars à s’attarder sur ce genre de problématique habituellement lol

      Bref, je sais qu’il est de plus en plus compliqué de faire confiance aux blogueurs, beaucoup abusent de leur « influence » (j’aime pas ce mot…) en se faisant payer pour vanter les mérites de produits qu’ils n’ont pour la plupart même pas testé…
      Je ne fais évidemment pas partie de cette catégorie de blogueurs (mais probablement que je dirais la même chose si j’en faisais partie, on n’est pas à une arnaque prés…), et je ne suis pas payé pour vanter les mérites de cette marque de produits solides (d’ailleurs dans mon prochain article je mentionne leur dentifrice solide, et je ne suis pas dithyrambique à son sujet).
      J’utilise le shampoing « tout type de cheveux » du quel nous sommes, ma fille, le Chéri et moi, hautement satisfaits. Mais je n’ai pas testé les autres (cheveux gras, cheveux secs, etc…).

      Il existe de surcroit un tas d’autres marques de shampoings solides, elles ne se valent peut-être pas toutes…

      Pour la cuisine, j’ai également un article en préparation. J’ai également tenté l’utilisation de papier à la cire d’abeille et je ne suis pas super satisfaite. Je trouve l’odeur très forte, et je ne sais pas si c’est dans ma tête ou si c’est réel, mais je trouve qu’ils donnent un goût à la nourriture… Du coup je suis passé aux boites en verre pour conserver mes aliments.
      Mais j’y reviendrais plus en détail dans mon article :)

      Voilà, comme d’habitude je parle beaucoup, désolée pour le pavé ! ;-)

      Je te souhaite une belle journée,
      Julie.

  • Bonjour bonjour.
    Félicitations pour ce blog avec pleins d’idées et de conseils :)
    Concernant le dernier petit paragraphe final et Amazon: https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2019/01/11/amazon-vendeur-de-destruction-massive_5407944_1655027.html?fbclid=IwAR0CpXqzUl8ah5jV33P2uaAPxho-BQJnHswNk_nUdf8TIjWNL1iPwQ4alOY

    Concernant le shampoing solide, j’utilise la recette de naturellementlyla.com, testé et adoré par beaucoup de personnes autour de moi :D
    Concernant le deo : attention au bicarbonate, moi j’en avait fait un huile de coco et bicarbonate, et effectivement tu peux avoir des marques d’huile sur certains tee shirt synthétique mais surtout, si tu as la peau sensible, tu peux avoir des irritations pas cool du tout. Une copine a eu le meme probleme. Dommage car ce deo etait super efficace contre les odeurs. Aujourd’hui je ne mets plus que de l’HE de palmarossa :)
    Bonne journée !

    • Bonjour Alizée,

      Merci beaucoup pour ton commentaire.

      J’avais commencé à répondre à ta première remarque, mais j’ai peur que tu penses que je suis en colère ou agressive (comme toujours j’avais écrit un super gros pavé, je ne peux pas m’en empêcher ! ^^ Et à l’écrit c’est pas facile de faire passer la bonne intonation parfois)
      Donc j’ai tout effacé et je te dirais juste « malheureusement c’est pas nouveau, et malheureusement ce ne sont pas les seuls à agir de cette manière »
      Et bien entendu, le fait qu’ils ne soient pas les seuls à le faire ne justifie pas de le faire, c’est juste qu’en ce moment c’est Amazon qui est dans l’œil du collimateur des journalistes, mais avant eux c’étaient d’autres marques, et les scandales associés ont pour la plupart été bien vite oublié…

      Tu as fait ton propre shampoing solide, c’est ça ? C’est facile à faire ? (tu étais novice quand tu l’as fait ou tu es une habituée des cosmétiques maison ?)
      J’ai toujours eu un peu peur de faire ces choses là moi-même…

      Et « aaaah merci ! » pour le déo ! Je savais bien que ça ferait des tâches l’huile de coco !
      J’ai en effet les aisselles facilement irritées, en été quand les « manches » des t shirt sont trop courtes par exemple, je vais peut-être éviter le bicarbonate alors…
      Tu es la deuxième à me parler de Palmarosa, j’ai bien l’intention de tester !

      Merci, belle journée,
      Julie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *