Makizushi cru et vegan

Nous sommes le premier lundi du mois de juillet, c’est le jour de la rubrique « 1 livre – 1 recette » !

Comment ça nous sommes mardi ? …Déjà ? Oups…

Ce mois-ci, je vous emmène de nouveau dans un univers vegan, et de nouveau du côté de chez nos amis Laura Veganpower et Sébastien Kardinal.

C’est pas de ma faute si ils écrivent « plein » de livres de recettes trop chouettes ! (en vrai y’en a pas taaaant que ça, pas au point de dire « plein » en tout cas, mais je les découvre tous en même temps, d’où cette vague « VG-zonesque » ;))


certains l'aiment cruIl y a quelques semaines j’ai reçu le dernier né de Laura Veganpower et Sébastien Kardinal : Certains l’aiment cru aux Éditions l’Âge d’Homme. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un livre de recettes crues (et végétaliennes. Est-il bien nécessaire que je vous rappelle que Laura et Sébastien sont les auteurs du blog VG-Zone.net « le guide de la survie végétalienne à Paris » ;)). J’ai ouvert ce livre avec beaucoup de curiosité. Je savais que Laura et Sébastien ne se contenteraient pas de nous proposer des smoothies et autre salades de crudités, en revanche je ne m’attendais pas à tant de diversité ! Qui l’eut cru ? (haha, je suis trop drôle !) Vous n’imaginez pas tout ce qu’il est possible de réaliser sans passer par l’étape « cuisson » !
La première recette que j’ai testé et que je vous présente aujourd’hui en est une preuve : des makis crus.
Avant de lire la recette je me suis demandé si c’était bien raisonnable de consommer du riz sans le cuire… Mouhahah, évidemment cette recette n’en contient pas. Le riz est ici remplacé par de la semoule de chou-fleur.
Laura et Sébastien nous proposent trois garnitures pour nos makis. Je m’étais préparé une petite liste de courses bien comme il faut, pour pouvoir tester cette recette dans ses moindre détails. Évidemment, une fois arrivé au magasin, pas moyen de mettre la main sur cette liste (ça vous arrive à vous aussi ? J’aimerais bien que vous me répondiez « oui », ça me rassurerait… Je me fait le coup une fois sur trois…), j’ai donc du compter sur ma mémoire, et autant vous dire que j’ai une mémoire d’éléphant pour des détails absolument inutiles, mais pour ce qui est « important » (sur le moment, j’entends) faut pas trop compter sur moi.
Je me suis débrouillé de prendre un ingrédient de chaque garniture, j’aurais voulu le faire exprès…

Mais Laura m’a dit que ce n’est pas grave, car j’avais le plus important : l’ail noir d’Aomori !

Mais qu’est-ce donc l’ail noir d’Aomori ?

Je vous l’ai dit récemment dans une précédente recette, j’ai intégré l’équipe du site touteslesbox.fr qui s’est donné pour mission de présenter toutes les box existantes et d’en tester un bon nombre. Je suis l’une des « testeuses ».
Je reçois donc pas mal de produits alimentaires (une petite fixette sur la bouffe chez Jujube) intéressants et parfois plutôt étonnant (pour le commun des mortels, dont je fais partie), dont cette tête d’ail noir que j’ai reçu dans la Gourmibox du mois de juin.

Ail Noir
Ail Noir

L’ail noir est un ail confit à l’eau de mer à haute température durant 45 jours. Par ce procédé, l’ail conserve les propriétés originales de l’ail frais avec son odeur et son goût propre.
C’est un procédé originaire du Japon (d’Aomori exactement) qui a su conquérir les tables des grands chefs du Monde, on prête à cet ail noir de nombreuses vertus mais s’il est apprécié c’est surtout grâce à son goût : un concentré de saveurs sans l’agressivité de l’ail frais.

Si vous voulez vous laisser tenter vous pouvez vous en procurer sur la boutique Bienmanger.com entre autre.

Sushi ou maki ?

Les sushis est un terme employé pour l’ensemble des « bouchées » composée le riz vinaigré. Les sushis les plus communément consommés sont les nigirizushi = un « boudin » de riz avec un morceau de poisson cru par dessus et les makizushi (« sushi en rouleau » appelé maki chez nous) = du riz vinaigré et divers ingrédients, enveloppés dans une feuille d’algue (nori).
Évidemment il y a des dizaines d’autres sortes de sushi, mais il me semble que ce sont ces deux là les plus répendu et consommés.

Donc en gros, quand vous appelez des makis « sushi », si un petit malin vous rétorque que vous vous trompez, vous pourrez lui dire que c’est lui qui est dans l’erreur et faire votre malin à votre tour, haha ;)

Maki cru et vegan
Maki cru et vegan

Pour 4 personnes :

  • 1kg de chou fleur
  • 30 ml d’huile de tournesol
  • 60 ml de vinaigre de riz
  • 30 g de sésame blanc
  • 30 g de sésame noir
  • Sel fin
  • 4 shiitakes
  • 4 gousses d’ail noir d’Aomori
  • 1 carotte
  • 2 cs de poudre de wasabi
  • 2 cs d’eau
  • 4 cs de purée de graines de courge
  • 1 cs de vinaigre de riz
  • 2 avocats
  • 2 cs de graines de cumin
  • 2 cs de piment chipotle
  • 4 radis roses
  • Jus de citron jaune
  • 12 feuilles de nori

Prélevez les fleurettes du chou fleur et mixez-les afin de les réduire en semoule.

Versez cette semoule dans un saladier et ajoutez l’huile, le vinaigre, le sésame noir et blanc, salez et mélangez bien.
Laissez reposer le temps de préparer la suite.

Coupez les shiitakes en fines lamelles (réhydratez-les dans une eau tiède au préalable si vous avez acheté des champignons déshydratés). Coupez les gousses d’ail noir en fines lamelles également.
Réservez.

Épluchez la carotte et taillez-la en julienne. Réservez.

Préparez la sauce comme suit : dans un ramequin, mélangez la poudre de wasabi et l’eau, ajoutez la purée de courge et le vinaigre de riz. Mélangez une dernière fois, réservez.

Coupez les avocats en deux, retirez les noyaux et la peau. Découpez la chair dans sa longueur sur une épaisseur de moins d’un centimètre. Badigeonnez de jus de citron pour éviter qu’ils ne noircissent.

Pilez les graines de cumin au mortier et ajoutez le piment chipotle, deux filets de jus de citron, salez, mélangez.
Taillez les radis roses en allumettes et passez-les dans le mélange précédent d’épices et citron.

Préparez un petit bol d’eau.

Réalisez les makis comme suit :
Posez une feuille de nori sur une planche à découper ou sur une natte en bambou (makisu), étalez une couche de semoule de chou-fleur sur la moire de la feuille. Déposez les ingrédients au milieu de la semoule.

Roulez les makis et humidifiez le bout de la feuille pour sceller les rouleaux.

Mélanges proposé selon les ingrédients préparés : shiitakes et ail noir — carottes et sa sauce — avocat et radis.

Procédez de manière à obtenir 3 rouleaux de garniture différentes par personne.
Coupez avec un couteau bien aiguisé et sans dents, préalablement passé sous l’eau froide pour faciliter le passage de la lame.
Conseil : n’appuyiez pas la lame du couteau sur vos rouleaux, « sciez » doucement jusqu’à passer la couche de nori, le reste ira tout seul.


Ces makis ne sont pas plus difficile à rouler que les makis traditionnels, on se fait la main sur le premier et les autres se roulent d’eux-mêmes.
En ce qui concerne le goût, je vais être très honnête avec vous, je les ai trouvé très bon, vraiment, la première bouchée est étonnante car visuellement on s’attend à manger un « vrai » sushi, une fois l’étonnement passé ils se mangent aussi vite que les autres !
En revanche je ne vous cache pas que je préfère tout de même les makizushis avec du riz. Je suis curieuse, je teste volontiers la nouveauté, je sais apprécier lorsque c’est bon et ici c’est le cas.


D'autres recettes que vous pourriez aimer :




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *